Groupe EMARGENCE
 

Les « Robots comptables » vont-ils remplacer les Experts Comptables ?

Les « Robots comptables » vont-ils remplacer les Experts Comptables ?

 

Novembre 2020

Avec la récente acquisition de Shine par la Société Générale (il se dit que la transaction porterait sur 100 M€), le lancement de Blank par le Crédit Agricole, et l’accord de One Up avec la BNP Paribas pour MBA ( Mon Business Assistant), on pourrait se demander à quoi serviront les Experts Comptables à terme?

Je rétorquerai : à quoi servent vraiment ces robots comptables ? Jusqu’où peuvent-ils aller ? Quel rôle un expert peut-il avoir au sein de cette nouvelle configuration banco/fiscalo/comptable ?

Méfions-nous des effets d’aubaine et des approches marketing abusives de certains et de propos qui sont très éloignés de la réalité du terrain.

I. C est qui et à quoi sert un robot comptable ?

Le mot « robot » est mal approprié. Un robot doit être capable de faire un travail à la place d’un homme sans son intervention.

Les robots sur des chaînes de fabrication automobiles, mis en route par un humain exécutent le travail à la place de l’homme. Ce dernier n’est plus présent.

La technologie d’aujourd’hui en matière de comptabilité repose sur des principes simples :

  • remontée automatique des écritures bancaires dans le logiciel de comptabilité ou un outil d’affectation comptable,
  • dématérialisation des factures d’achats et de ventes pour en identifier les composants (HT/TVA/TTC, mais aussi la date, le numéro de facture, le nom du prestataire),

Ensuite, l’humain est indispensable pour « catégoriser » les écritures comptables selon leurs natures. Si l’homme ne fait rien, le robot ne fait rien… ce n’est donc pas un robot !

Dans le meilleur des cas, il va pré-identifier une prestation qu’il a déjà rencontrée et proposer une pré-affectation comptable qu’une personne devra valider…. en quelque sorte, il apprend et reproduit.

Dans certains cas, il ira chercher automatiquement des factures dématérialisées sur les sites des prestataires, préalablement renseignés et pour lesquels, une règle d’affectation établie par la personne en charge de la comptabilité.

C’est pour cela, qu’il est préférable d’évoquer le terme de « facilitateur de saisie comptable » plutôt que celui de « robot ».

Et demain ? Quid de l’intelligence artificielle ( AI) ? …. demain c’est dans longtemps, mais il est probable qu’un jour, ces outils reconnaîtront tout et seront capables de « monter une comptabilité » sans intervention humaine.

C’est d’ailleurs l’objectif du législateur et des législateurs européens qui simplifient la comptabilité, font disparaître les plans comptables spécifiques et imposent la disparition de la facture papier pour 2025.

En Italie, par exemple, chaque soir, la caisse enregistreuse ou le logiciel de gestion commercial des commerçants, déverse les informations auprès du fisc qui calcule la TVA à reverser par l’exploitant.

On peut alors se demander à quoi serviront  les experts comptables dans ce futur proche ?

II. Quelles sont les prestations que les banques peuvent offrir grâce à ces robots comptables ?

Les banques voient passer tous les mouvements bancaires de leurs clients professionnels… ils ont la data, comme on le dit souvent !

Il était légitime qu’ils proposent à leurs clients un produit de catégorisation comptable.

D’ailleurs, depuis très longtemps, les banques proposent ce service aux particuliers pour organiser leurs dépenses et établir des budgets de frais…. il ne s’agit alors que d’un passage du particulier vers le professionnel avec des aménagements pour coller au mieux aux règles comptables et fiscales.

Pour autant, conformément aux articles 2 et 20 de l’Ordonnance du 19/09/1945 :

Seul un expert-comptable peut intervenir de manière indépendante et habituelle, dans la comptabilité des entreprises et organismes auxquels il n’est pas lié par un contrat de travail. De ce fait, toutes personnes effectuant de manière indépendante des prestations comptables relevant des missions réglementées, sans être expert-comptable, se trouvent en exercice illégal de la profession d’expert-comptable, c’est un délit pénal puni par la loi.

Ainsi, et en l’état actuel des textes, si la banque peut proposer un outil d’affectation comptable à ses clients, elle doit se garder de le conseiller sur les affectations comptables, sur la production de la TVA, sur l’établissement des comptes de fin d’année, bilan et compte de résultat.

Et cela tombe bien, car ces opérations responsabilisent les personnes qui les ont faites ou validées et en cas de redressement fiscal, elles pourraient être mises en cause financièrement.

Avec ses obligations professionnelles, ses règles déontologiques et son assurance responsabilité professionnelle, qui d’autre qu’un expert-comptable pouvait endosser ce rôle et bien d’autres encore ?

C’est pourquoi il est illusoire de croire que l’Expert-Comptable disparaîtra dans cette nouvelle configuration… bien au contraire.

III. Quel rôle pour un expert-comptable dans cette nouvelle configuration ?

Plus Expert et moins Comptables ! notre métier est en pleine mutation mais nous avons un rôle à jouer dans l’utilisation des outils digitaux et l’arrivée de nouveaux intermédiaires.

Accompagner le client sur le pilotage de leurs activités, mettre en place le paramétrage de leurs outils informatiques et des procédures internes, analyser les chiffres pour l’aider à prendre des décisions, lui trouver des financements… il y a tant et tant à faire en dehors de la comptabilité fondamentale que notre métier n’est pas près de disparaitre, même s’il ne sera plus le même que celui de nos prédécesseurs.

En revanche, il ne faut pas rater ce virage digital, sinon, l’avenir de l’Expert-Comptable sera plus qu’incertain.

Conclusion

Chez Emargence / ComCom, cela fait déjà 5 ans que nous avons pris le virage digital : One Up est un de nos partenaires historiques et c’est aujourd’hui plusieurs centaines de dossiers qui sont traités avec l’application de One up pour faciliter la saisie comptable (www.emargence-cmoilechef.fr).

Le partenariat de One Up avec la BNP nous entraîne dans un partenariat avec la BNP Paribas. C’est une bonne nouvelle pour le Groupe Emargence et Com’Comet nous nous en félicitons.

Une relation gagnant/gagnant où chacun a ses fonctions, ne peut que créer de la synergie pour les clients qui trouveront dans cette alchimie un bon moyen de piloter leur entreprise.

 

Eric-Hainaut

Eric Hainaut
Expert-Comptable

www.comcom.fr


Voir aussi :